on parle de nous

La commotion cérébrale, c’est sérieux

1747

Ses incidences sont malheureusement sous-estimées. Pour en savoir plus, rendez-vous aujourd’hui à la fac.

Trois questions à…
Qu’appelle-t-on commotion cérébrale ?
Il s’agit d’un traumatisme crânien léger. Causé par un accident de la voie publique, un accident sportif, de travail, un accident domestique ou encore une agression. On parle d’épidémie silencieuse, car on estime à environ 150 000 le nombre de commotion cérébrales chaque année. Avec des conséquences souvent sous-estimées. Elles peuvent entraîner, par exemple, un dysfonctionnement cérébrale transitoire. Il y a des signes qu’il faut repérer : étourdissement, mal de tête, troubles de l’équilibre, impression d’être au ralenti, nausées, vision d’étoiles, amnésie…
Vous préconisez une prise en charge rapide…
Il ne faut pas hésiter à aller aux urgences pour pratiquer des examens. Et ne pas reprendre trop vite une activité (sportive, professionnelle). Après une commotion cérébrale, il est ainsi nécessaire de respecter une période de repos, procéder par paliers. Car le risque est de développer un syndrome post-commotionnel persistant avec maux de tête, vertiges, troubles de l’attention. Si les symptômes ne sont pas bien traités, à long terme cela peut aboutir à une encéphalopathie chronique post-traumatique, soit une forme de dégénérescence neurologique.
Quels sont les intervenants ce soir ?
Des professionnels de Kerpape, des urgentistes du Groupe hospitalier Bretagne-Sud, des médecins spécialisés en traumatologie, orthopédie, rhumatologie, neurologues, pédiatres, gériatres… La conférence est proposée par le Conseil territorial de santé Lorient-Quimperlé, en partenariat avec les deux structures.